Nos amis les microbes et virus

Cette année, la santé c’est la bérézina, on enchaine maladie sur maladie, et il n’y a pas une semaine sans laquelle un des membres de la famille fasse un tour chez le médecin. Et même si personne n’est malade, il faut quand même aller chez le médecin pour un examen de santé des filles, ou un vaccin.

S’il fallait chercher une cause, outre le fait que nous sommes en hiver, Je me doute que l’entrée en crèche des filles au mois d’octobre dernier y est probablement pour quelque chose. Il suffit de discuter avec d’autres parents pour se rendre compte que la première année en crèche revient à envoyer ses enfants faire les courses dans un supermarché à microbes et autres virus. Ce qui d’un point de vue scientifique est peut-être une bonne chose puisque cela leur permet de développer leur système immunitaire. Mais par la même occasion cela permet de faire une petite piqure de rappel aux parents qui n’ont rien demandé ^^

Mais bon, être dans un état maladif semi permanent, ça n’aide pas trop pour le moral. Heureusement rien de trop grave ou de vitale, et nous surmontons ces petites épreuves de la vie.

Là où cela pose plus de problèmes, c’est en termes d’organisation. Vous vous doutez bien que quand les enfants sont malades ils ne peuvent pas aller à la crèche, et ils sont persona non grata quand ils ont plus de 37.5°C. Si le médecin déclare qu’ils ont la grippe ils sont bannis pour 7 jours et doivent fournir une attestation pour revenir à la crèche. Malheureusement les solutions de remplacement pour les parents ne sont pas nombreuses et chacun doit se débrouiller comme il peut. D’autant plus qu’il n’est pas question au Japon de congés prévus pour les parents pour garder leurs enfants. A vraie dire, les congés maladies pour soi-même n’existent même pas, alors pour les enfants, c’est une utopie !

De notre côté, depuis le moins d’octobre, les filles ont été malades au moins une semaine par mois, et nous avons donc essayer différentes options :

  • La mairie propose des sortes de garderie pour les enfants malades. Trop beau pour être vraie ? C’est la première solution que nous avons essayé bien sûr mais cela s’est révélé bien peu pratique : entre la préparation des affaires requises, des justificatifs médicaux, du prix à la journée de garde, et de la distance du lieu par rapport au domicile-travail, l’affaire s’est avérée particulièrement compliqué et nous n’avons pas réitéré après la première journée, dommage…
  • La deuxième solution fût que je travaille depuis la maison. Heureusement mon entreprise/management est assez flexible et autorise voire encourage les gens à travailler de temps en temps de chez eux. Dans la pratique c’est plutôt bien 1 à 2 jours par semaine, mais pas sur la durée. Au bout d’un moment, cela s’avère peu confortable de ne pas pouvoir participer physiquement aux réunions, sans oublier que même si les enfants sont malades, ils ne sont pas nécessairement inactifs et requièrent un minimum d’attention, ce qui rend la journée assez laborieuse. Mais bon ça reste toujours mieux que de s’absenter totalement du travail en utilisant ses congés payés.
  •  La 3ème solution, c’est d’utiliser ses congés payés, enfin quand on en a… L’autre jour, j’ai été obligé de demander à ma femme de garder les filles car je devais assister à une réunion importante, mais comme cela ne fait pas encore 6 mois qu’elle travaille, elle n’a pas encore droit à des congés payés, elle a donc été obligée de prendre des congés sans solde.
  • Finalement, après avoir éprouvés les solutions précédentes, il nous fallait une solution plus « long terme », je suis donc passé au plan D : les grands-parents ! Un peu agacé par la situation, j’ai pris mon courage à 2 mains, et j’ai appelé papi mamie pour leur demander de prendre soin de leur petite-fille malade. Pour le lecteur Français, cela peut paraitre une évidence de demander de l’aide aux grand-parents, mais il n’en est pas de même au Japon, contraintes sociales et pratiques etc. J’avais préparé un article pour parler un peu des grands-parents au Japon, mais il va falloir attendre un peu… Bref, j’ai donc appelé les grand-parents à la rescousse. Et finalement mamie s’est gentiment proposée de venir loger chez nous quelques jours jusqu’à que les enfants guérissent. Nous avons utilisé cette option à plusieurs reprises, et cela nous a bien rendu service. Ce mois-ci nous avons même fait l’inverse et envoyé les enfants chez papi et mamie pendant une petite semaine ce qui nous a laissé le champ libre et nous a permis de profiter de quelques jours de repos, quel bonheur !

Voilà je m’arrête là pour les maladies car j’ai plein d’autre choses à vous raconter dans d’autres articles. J’espère que les microbes s’en iront avec la fin de l’hiver qui me semble bien long cette année…

À bientôt,

Maitre Tortue.

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s