Il y a du changement !

En l’espace d’un petit mois, les choses ont pas mal changé à la maison, et pour une fois dans le bon sens, donc je ne vais pas gâcher ce petit plaisir de vous raconter un peu. Oui, je vous avais dit que je ferai des articles positifs de temps en temps mais rassurez-vous tout n’est pas simple et a demandé pas mal d’efforts et de disputes (¬‿¬).

Alors ce changement, qu’est-ce que c’est ? Et bien ce sont des changements ! et pas des moindres, puisque nous avons décidé de mettre les filles en crèche pour que leur mère puisse chercher un travail !

Oui vous avez bien entendu : Crèche + Travail !

Moi-même j’ai du mal à y croire en écrivant ces lignes ◉_◉, comment est-ce arriver si soudainement ?!?

Depuis que j’ai écrit mon dernier article Éducation : la maternelle ou la crèche ?, il s’est passé un bon mois. En vérité j’ai écrit une grosse partie de cet article le 14 Aout, et cela m’a ensuite pris un peu plus de 2 semaines pour fignoler et le publier. Et pendant ce temps, cela m’a permis de réfléchir à la question… Finalement puisque les différences de niveau entre crèches et maternelles ne sont pas significatives, pourquoi ne pas choisir la première option et bénéficier des avantages qui en découlent ?

A vraie dire il y a un deuxième facteur qui m’a amené à fortement considérer l’option crèche : ma femme. Cela fait des mois (en tout cas au moins depuis cet été parce que ma mémoire…ರ_ರ), donc plusieurs mois que ce n’est pas la joie à la maison. Et quand je dis « pas la joie », c’est principalement dans la tête de ma femme… Elle se sent inutile, elle a des pensées suicidaires, n’a aucun plaisir de vivre etc… Bon je ne suis pas docteur mais ça ressemble bien à une petite dépression ¬_¬. Et moi, la dépression je ne sais pas vraiment comment la gérer (ma mère connait bien mon extrême patience). Et du coup cela donne souvent lieu à des situations infernales à la maison, pas l’idéal pour les enfants… (;一_一) Il me semble que ce genre de situation arrive fréquemment chez les mères au foyer (désolé pas de statistiques aujourd’hui), et cela ne m’étonne pas, car garder ses 2 bambins toute la journée demande une attention constante, le lien social n’existe quasiment pas et on ne gagne pas d’argent, ce qui n’aide pas à se sentir utile… Évidemment il y a des gens qui vivent pleinement et gaiement cette situation et c’est tant mieux, mais du peu de ce que j’ai entendu d’autres mères, la plupart sont heureuses de travailler en laissant leurs enfants à la crèche. Depuis que je connais ma femme, je ne l’ai jamais vraiment vu heureuse lorsqu’elle ne travaille pas (en extérieur on se comprend, je vais pas refaire L’éducation de ses enfants : un travail ?), et même avant que nous aillions des enfants, elle a toujours été en recherche de travail, car elle aimait son métier.

Bref en voyant ma femme dans cette situation, et devant nous décider rapidement (début septembre 2017) pour l’inscription en maternelle (pour la rentrée d’Avril 2018 je rappel), je décide de mettre les choses au clair, les points sur les i et sur la table, je dis à ma femme (°ロ°)☝ :

« si on mettait les enfants à la crèche l’année prochaine pour que tu puisses t’épanouir, parce que la maternelle ça va rien changer à ta situation (car tu seras toujours bloquée à la maison, sans compter les PTA, et le coût total¥ finalement important pour un service qui ne le vaut pas vraiment). »

Vous vous doutez qu’avec mes talents de négociateurs proches du 0 absolu \ (•◡•) /, le message n’est pas bien passé, et qu’elle s’est évidemment opposée à cette idée. (je vous passe les accrochages et les pleurs). Bon c’est vrai qu’elle avait déjà mis « le pied dans la porte » des maternelles, elle avait visité plusieurs établissements et arrêté son choix, pourquoi reviendrait-on en arrière. Je me suis fait reprocher que je changeais toujours d’avis, car j’avais déjà dit non aux cours d’anglais après avoir dit initialement oui, et là rebelote, je dis non à la maternelle après avoir pensé que c’était OK, mais comme dit le dicton « il n’y a que les cons qui ne changent pas d’avis« . C’est normal de s’accorder un peu de réflexion quand on s’apprête à prendre une décision importante et lâcher plusieurs milliers d’euros par an, n’est-ce pas ?

Bon, en fin de compte il m’aura fallu 2 bonnes semaines de négociations pour finalement lui faire accepter l’idée. \ (•◡•) / Je ne sais pas vraiment comment j’ai fait, mais j’imagine qu’on fond elle comprend la situation, et puis rien n’est définitif, comme je lui ai dit « S’il te plait on essaie au moins pour voir si tu sens mieux et si ça va pas tu arrêtes mais il faut essayer« .

Le travail et la crèche : par où commencer ?

OK, bon avoir son accord c’est une chose, mais passer à la pratique en est une autre… mais avec un peu de courage et de volonté rien d’impossible ! (ง°ل͜°)ง

Par où commencer ? Parce que pas possible de décrocher un travail sans crèche, et pas possible d’avoir une crèche sans travail… OK je caricature un peu mais ce n’est pas loin de la vérité. Il est extrêmement difficile pour une mère de reprendre le travail après avoir eu un enfant si elle a quitté son travail sans bénéficier d’un congé parental, ce qui était le cas de ma femme qui était en contrat précaire (je vous ferai un dossier sur les joies des contrats de travail précaires au Japon un jour…) Alors comment faire… ᕙ(⇀‸↼‶)ᕗ

Notre idée initiale était la suivante, faire la demande de crèche pour la rentrée d’Avril 2018 et chercher un travail à partir de cette date, ou du moins qui commence à cette date. Sauf que là on se heurte à un petit problème…

Je vous ferai un exposé complet et détaillé sur le système de crèches au Japon dans un autre article, mais en attendant laissez-moi vous expliquer brièvement.

Au Japon, on fait une demande de crèche à la mairie au mois de Novembre pour la rentrée d’Avril. Cette demande tient compte de la situation familiale (si les parents travaillent, combien d’heures, combien ils gagnent, si les grands-parents vivent à proximité etc.) et à partir de là, les services de la mairie calculent un score et accordent les places en priorité à ceux ayant les « scores » le plus élevés. A priori les critères sont objectifs et logiques donc on va pas se plaindre… mais le problème c’est que du coup si un des parents ne travaille pas, vous vous retrouvez automatiquement très bas dans la liste des priorités, et vous n’obtiendrez pas de place, du moins pour les places les plus rares (les enfants de 0 à 2 ans).

Alors que faire au vu de cette situation (~_~;) ? Après discussions avec ma femme, nous en sommes venus à la stratégie suivante : il nous faut pouvoir grappiller le plus de points possibles lorsque nous ferons la demande en Novembre, donc pas le choix, il faut trouver un travail avant cette date. Mais une promesse d’embauche ne suffirait malheureusement pas à obtenir le plus de points, ce qu’il faut, c’est justifier que l’on est déjà en train de travailler, donc il faut passer la seconde et chercher un travail tout de suite, quitte à changer après si ça ne plait pas…

Et les enfants alors (・.・;) ? OK, je vous ai pas tout dit, mais sans rentrer dans les détails, même si on ne peut pas avoir une crèche via la mairie, il y a d’autres options. Notamment, il existe des établissements privés, dont les conditions d’accueil sont parfois discutables, ils ne sont bien sûr pas subventionnés et donc le coût final fait assez mal au portefeuille, au point que les revenus apportés par ma femme seront probablement entièrement consumés par le coût de la crèche. Mais bon on se dit que ce sera temporaire, pour 6 mois, le temps de faire la demande pour les crèches municipales, moins chères.

Trouver une crèche ?

Ma femme se lance alors à la recherche d’un établissement pour accueillir nos enfants, et après de nombreux appels elle finit par trouver quelques établissements qui pourraient éventuellement accueillir nos 2 enfants. Sans surprise, il n’y en a pas pléthore, mais il y en a ^̮^ ! Elle finit par en trouver 3-4 dont une paire à proximité de mon lieu de travail, c’est plutôt une bonne nouvelle.  Étape suivante, aller visiter ces établissements… Bon, les 2 premiers ont mis ma femme dans un état un peu, comment dire « non, ça va pas être possible, jamais je ne leur laisserai les enfants » (>_<). Heureusement après un petit moment de déprime, il s’est avéré que les 2 suivants ont été des bonnes surprises, et nous ont redonné confiance, pas parfait mais acceptables, du moins pour quelques mois. Et bien sûr c’est cher, cela nous coutera entre 900 et 1000 euros par mois pour les 2 bambins $_$. Mais peu importe, nous décidons d’arrêter notre choix, c’est à une distance de marche acceptable de mon travail et les filles pourront commencer à y aller progressivement fin septembre puis à temps plein en Octobre. \ (•◡•) /

Trouver un travail ?

Côté travail maintenant, cela s’avère un poil plus difficile que je ne le pensais. Car même si on lit partout que le Japon a un chômage négatif et qu’il est en grave manque de travailleurs (et que favoriser le travail des femmes serait une solution), dans la pratique on ne peut pas accepter n’importe quel travail. Notamment dans notre situation, il faut satisfaire les conditions suivantes :

  • Un travail à temps complet, pas un travail super précaire payé à l’heure, appelé communément « arubaito ». Parce que si pas au moins 35h par semaines, pas le maximum de points pour la demande de crèche.
  • Un travail avec des horaires compatibles avec une vie de famille et les horaires de la crèche, un 9h – 17h, sans heures supplémentaire journalières idéalement. Et ça dans le pays champion des heures supplémentaires, les entreprises japonaises elles ne sont pas très fan. Si vous commencez avec ce critère vous pouvez retirer facilement 80% des annonces disponibles.
  • Corrélation de ces 2 premières conditions, cela exclue la plupart des jobs dans les services, notamment la vente, secteur où ma femme avait l’habitude de travailler auparavant. Que reste-t-il alors, et bien les jobs dans les bureaux avec des horaires réguliers.
  • Un job dans un bureau avec un ordinateur, à rentrer des chiffres, des commandes etc., c’est bien, mais ma femme n’a aucune expérience. Il faut donc une entreprise qui accepte de prendre une personne sans expérience et la former. Cela réduit encore le champ des possibles, mais heureusement il n’est pas rare de former les gens sur le tas au Japon. (Un jour je vous parlerai du système de l’université et de la formation ici, un autre truc marrant ^̮^)
  • Ah et pour couronner le tout, il faudrait que ça ne soit pas trop loin de la crèche (et de mon travail) pour que je puisse amener les princesses le matin et que maman vienne les récupérer le soir.

Je vous passe les détails de comment se passe la recherche d’emploi et les nombreuses formes de contrat de travail, tout aussi nombreuses que les formes de crèches, car oui on aime bien la complexité au Japon.  Mais pour faire simple, nous décidons de passer par des agences de « haken », des sociétés de travail temporaires qui fournissent une grande partie de la force de travail des entreprises. L’avantage de ce système, qui pourrait paraitre comme précaire au premier abord, c’est que ces entreprises vont vous aider à trouver un job : on vous met à disposition un moteur de recherches d’offres, du coaching ou formations si nécessaire, et un accompagnement personnalisé (enfin ça dépend des boites quand même). Bon par contre une fois qu’elles vous ont trouvé un job, et qu’elle touche leur commission mensuelle (parfois autant que votre salaire…) vous n’entendez plus parler d’elles :’) Bon je m’égare… donc après avoir pris contact avec ces sociétés, ma femme s’est vue présentée plusieurs offres. Malheureusement beaucoup rejettent immédiatement sa candidature faute d’expérience, mais nous gardons espoir, et certaines lui ont proposés des entretiens. Cela prendra peut-être encore quelques semaines mais je suis sûr que l’on finira par trouver quelque chose d’acceptable, je vous tiendrai au courant.

Conclusion

La conclusion de ce changement, c’est que toute cette activité de recherche de crèche et de travail a provoqué un changement radical, dans le bon sens, sur le psychisme de ma femme, et sur notre couple ! Je ne m’attendais pas à avoir des résultats si rapidement \ (•◡•) / .

Évidemment ce n’est pas magique, le fait d’avoir des objectifs dans la vie, dans le couple, nous permet de nous concentrer et de nous motiver à aller de l’avant, plutôt que de nous lamenter sur notre sort et nous prendre la tête pour des choses futiles…

Je suis impatient de voir les résultats quand ma femme commencera à travailler. Bon par contre le revers de la médaille, c’est que l’on va perdre une bonne heure de sommeil avec tous les préparatifs matinaux pour amener les enfants à la crèche, mais bon je suppose que l’on s’y fera et que ce sacrifice en vaudra largement la peine.

À bientôt,

Maitre Tortue

 

 

 

Publicités

2 réflexions sur « Il y a du changement ! »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s