L’éducation de ses enfants : un travail ?

Aujourd’hui, je me lance dans une dissertation / débat :

L’éducation de ses enfants est-elle un travail ?

Cela fait suite à une discussion que j’ai eue avec un ami et je vous invite vivement à donner votre avis dans les commentaires. Je pense que votre point de vue sera bien différent selon que vous soyez déjà parent ou pas, mais j’aimerais écouter votre opinion. Le sujet n’est pas spécifique au Japon et nous concerne notre société moderne.

Vous vous demandez peut-être pourquoi je me pose cette question ? Maitre-Tortue il n’a rien d’autre à faire ? Si, si bien sûr, mais il me semble qu’écrire est un bon exercice qui aide clarifier ses idées et peut être prendre des meilleures décisions dans la vie.

En tant que jeune papa de 2 petites filles, je découvre le métier, et je réalise que bien élever et bien éduquer ces enfants est une tâche particulièrement difficile et fatigante. Je le vois de mon point de vue, mais surtout du point de vue de ma femme qui se démène et fait de son mieux pour les filles.

Vous devinez donc que j’ai un a priori sur la question qui penche vers le oui, mais essayons d’apporter une réponse construite et argumentée. Mon cheminement pour répondre à la question si oui ou non l’éducation de ses enfants est un travail va se faire en plusieurs étapes : l’éducation, les enfants et enfin le travail.

L’éducation

Alors qu’est-ce qui nous motive à donner une bonne éducation à nos enfants ? Pourquoi devrions-nous nous soucier de leur éducation ?

Avant de poursuivre, je voudrais bien définir les termes utilisés (comme toute-bonne dissertation n’est-ce pas ಠ⌣ಠ). Dans ma problématique, j’ai choisi le mot « Education » dont les définitions sont :

« Connaissance et pratique des bonnes manières, des usages de la société ; savoir-vivre« .

Formation de quelqu’un dans tel ou tel domaine d’activité ; ensemble des connaissances intellectuelles, culturelles, morales acquises dans ce domaine par quelqu’un, par un groupe.

J’ai choisi précisément ce mot car il met en rapport l’enfant à la société et son élévation dans la société par la connaissance.

J’aurais pu poser la problématique plus largement en posant la question : élever les enfants est-il un travail ? Mais pour moi le terme « élever » concerne les besoins de bases, comme manger, soigner, se laver, etc., un peu comme vous élèveriez un chat ou un chien. Élever un enfant comporte bien plus de dimensions et d’enjeux que la survie animale, il y a des enjeux sociétaux spécifiques à notre espèce humaine. Et c’est là toute la différence ! Voilà pourquoi j’ai choisi le terme Éducation (même si on peut parfois parler d’éducation pour certains animaux mais les enjeux ne sont pas vraiment les mêmes (ᵔᴥᵔ) ).

Alors j’en reviens à la question : qu’est-ce qui nous motive à donner une bonne éducation à nos enfants ? Pourquoi devrions-nous nous soucier qu’ils connaissent les bonnes manières, des usages de la société ?

Réponse 1

Une première réponse pourrait être : pour eux, pour qu’ils ne rencontrent pas de difficulté dans la vie, pour qu’ils aient un travail et une vie réussie. Oui certes, mais cette réponse est assez subjective et ne me satisfait pas vraiment car il faudrait définir ce qu’est le bonheur et une vie réussie et là, je pense que chacun a des standards différents. Si votre fils ou votre fille ne fait pas le métier que vous rêviez pour lui ou elle, cela ne veut pas dire que sa vie est gâchée pour autant, au contraire. Qui plus est, rien ne les empêche d’être heureux en ayant un comportement antisocial. Et quand je dis antisocial, c’est probablement illégal ou pas loin. Il y a des délinquants qui réussissent très bien leur vie, et arrivent même à être député ou ministre. Je pense que l’on a eu assez de cas ces mois et années passées.

Réponse 2

Ma deuxième réponse serait : pour qu’ils ne nuisent pas à la société. Car oui, nous vivons dans une société où des règles communes s’appliquent et où vous et moi aimerions que chacun les respecte pour pouvoir vivre en paix. Cette réponse est plus objective puisqu’elle concerne tout le monde. N’aimeriez-vous pas vivre dans une société où les gens se respectent, où il n’y a pas de vol, de violence, etc. ? ◔ ⌣ ◔

Vous voyez où je veux en venir ? non, bon et bien pourquoi la plupart d’entre nous appliquent les bonnes manières, des usages de la société ? Parce que nous avons été éduqués voire formatés (par nos parents, par l’école etc.). Sans cette éducation et bien je vous laisse imaginer ce qu’il en serait.

Alors finalement, on peut se poser la question : puisque éduquer les enfants est nécessaire pour le bien de tous, éduquer ses enfants en vue qu’ils ne nuisent pas à la société n’est-il pas un service rendu à cette société ?

Et ce service ne devrait – il pas être reconnu ? Voir même rémunéré par les personnes qui vivent dans cette société ?

Réponse 3

Dans le prolongement de la réponse 2 : ne pas nuire à la société c’est bien, mais ce qui serait encore mieux c’est que nos enfants contribuent à la société ! Et comment peut-on les faire contribuer à la société ? En ayant suivi des formations et études adaptées qui permettent à tous de trouver un travail ou créer de la valeur, des entreprises, voire même des entreprises sociales, des associations caritatives.

Ah mais attendez, c’est le métier de l’éducation Nationale non ? C’est elle qui se charge de former nos jeunes, et c’est l’état (donc l’ensemble de la société) qui supporte la quasi totalité des coûts. Enfin pas dans tous les pays … ¬_¬

Mais le rôle des parents n’est – il pas aussi nécessaire dans la formation ? Il me semble que le soutien des parents est souvent essentiel que ce soit pour les devoirs ou l’éducation extra-scolaire via diverses activités. Et on voit bien souvent des disparités scolaires en fonction du niveau social et des conditions familiales, donc là aussi les parents jouent un rôle important qui selon moi doit être reconnu

ses enfants ?

Pourquoi l’éducation des enfants des autres serait-elle un travail tandis que l’éducation des siens ne le serait pas ?

Concrètement, que ce soit vous ou Maria la nourrice qui s’occupe des gosses (prénom choisi au hasard ¯\(°_o)/¯ ), le contenu du travail est le même, et je dirais même, plus difficile pour ses propres enfants car on veut faire les choses le mieux possible pour eux.

Alors oui il y a une question d’économie d’échelle certes, la nourrice va prendre en charge plusieurs enfants etc. Certes, mais alors quel devrait être le nombre d’enfants requis pour que l’éducation de ses enfants soit considérée comme un travail ?

Cette question ne s’applique pas qu’à l’éducation des enfants bien sûr, et la même chose s’applique à toutes les tâches pour lesquelles nous avons le choix de les faire nous-même ou les confier à autrui (ménage, transports, services etc…). C’est vraiment une question globale d’économie, pourquoi faire une tâche pour un autre est-il compté dans le PIB d’un pays alors que le faire soi-même ne l’est pas …^̮^

Pour pousser l’absurdité plus loin, toutes les mères au foyer pourraient se payer entre elles pour l’éducation des enfants des autres (sans même avoir à s’échanger les enfants, un peu comme dans la finance où l’on achète des produits financiers mais sans qu’il n’y ait aucun échange physique, juste une ligne dans la compatibilité).

Bien sûr je ne dis pas qu’il faut faire ça, ou que c’est intéressant financièrement mais c’est juste pour pousser l’idée que les mères aux foyers pourraient être reconnues comme travailleuses sur un simple jeu d’écritures.

un travail ?

Aborder la question du travail n’est pas chose facile, je me souviens d’une dissertation de philosophie en terminale S sur la question du travail, mais rassurez vous je ne vais pas me risquer à aller aussi loin.

Il existe de très nombreuses définitions du travail, je vous laisse vérifier dans le dictionnaire

1. Activité de l’homme appliquée à la production, à la création, à l’entretien de quelque chose : Travail manuel, intellectuel.

2. Activité professionnelle régulière et rémunérée : Vivre de son travail.

3. Exercice d’une activité professionnelle ; lieu où elle s’exerce : Le travail en usine.

4. Ensemble des opérations que l’on doit accomplir pour élaborer quelque chose : Cette réparation demandera deux jours de travail.

5. Toute occupation, toute activité considérée comme une charge : Les enfants, ça donne bien du travail.

etc…

La définition Numéro 5 ci-dessus est tout à fait explicite, mais je n’ai pas écrit tout cet article pour vous sortir cette définition, sinon je l’aurais fait dès le début.

Vous aurez compris que la définition qui m’intéresse particulièrement ici, c’est celle du travail en tant que service rendu (à la société), et dans son sens économique en tant qu’activité professionnelle et rémunérée.

Pour aller plus loin, J’ai cherché le sens d’une activité professionnelle :

Qui exerce régulièrement une profession, un métier, par opposition à amateur : Un musicien professionnel.

Qui exerce une activité de manière très compétente.

Bon alors c’est intéressant, on a la notion de régulièrement… je pense qu’une maman qui gère ses gosses 24h/24 et se lève 3 fois dans la nuit rentre dans ce cadre non ? Faudra penser à payer les heures sup’ et activités de nuit pendant qu’on y est. ಠ‿↼

« Par opposition à un amateur » : voyons comment se définie un amateur

« Personne qui s’adonne à une activité artistique, sportive, etc., pour son plaisir et sans en faire profession, par opposition au professionnel« .

Ah merde, j’aime mon métier, putain j’ai honte je devrais pas être rémunéré, je vais en parler à mon patron immédiatement ! 。゜(`Д´)゜。Non sérieux, cet argument ne tient pas. Et puis les enfants quelques heures par semaines c’est peut être du plaisir, mais 24/24 7j/7 c’est plus marrant du tout !

Ah et enfin « Qui exerce une activité de manière très compétente« . Y a -t- il des mères incompétentes dans l’assistance ? ≧☉_☉≦ Là encore, je doute qu’il n’y ai pas plus compétent que les parents de ses propres enfants. Évidemment on peut reprocher à certains parents bien des comportements ou d’être de mauvais parents mais encore une fois quand vous travaillez 24/24 7j/7 sans repos, je pense que n’importe qui, puisse faire un travail irréprochable dans ces conditions.

Bon, alors que reste -t- il comme argument pour justifier le caractère non-professionnel du métier de parents ? Le fait « d’exercer une profession » ?

Activité rémunérée et régulière exercée pour gagner sa vie : Quelle est la profession de votre père ?

Ah ben là c’est le serpent qui se mord la queue, ce n’est pas rémunéré alors ce n’est pas une profession ? et ce n’est pas une profession parce que ce n’est pas rémunéré ? Et du coup on ne risque pas de gagner sa vie avec puisque ce n’est pas rémunéré.  Bref cet argument ne tient pas pour moi puisque le fait de rémunérer le métier de parent tient au fait que ce soit reconnu comme activité professionnelle. C’est un peu le dilemme de l’œuf ou la poule. ¯\_(ツ)_/¯

Conclusion

Le fait de reconnaître comme travail (activité professionnelle) l’éducation de ses enfants, et le fait de rémunérer ou du moins indemniser cette activité ne me semble pas dénoué de sens étant donné les arguments que j’ai évoqués plus haut, en synthèse :

  • Le service rendu à la société qui justifie un financement par la société dans son ensemble.
  • L’éducation des enfants de manière générale est déjà reconnue comme un travail, ce n’est qu’un problème de conception.
  • Dans la définition du travail (activité professionnelle) rien ne s’y oppose si ce n’est la rémunération.

Évidemment, sans aller jusqu’à reconnaître l’éducation de ses enfants comme un travail, je pense que beaucoup de pays comme la France, ont pris conscience de la problématique en essayant d’aider au mieux les familles avec des aides sociales pour qu’ à défaut d’être rémunéré pour l’éducation des enfants, cette éducation ne soit pas un fardeau. On peut citer entre autres : allocations familiales, congés parentaux, prise en charge des frais de santé, des réductions importantes d’impôts, un accès gratuit à l’éducation, des bourses d’étude, etc. Peut être même d’autres pays sont allés plus loin ? Je n’ai pas réussi à trouver d’exemple de rémunération des parents si ce n’est les expérimentations du revenu universel qui viendrait remplacer les différentes aides pour n’en fait qu’une.

Quant à la situation au Japon, non ce n’est pas considéré comme un travail, ce n’est pas rémunéré, et quant au coût global, il est plutôt très haut, mais j’écrirai un article approfondi sur le coût de l’éducation au Japon.

Pour conclure cette conclusion, je voulais rappeler que la problématique de cet article n’était pas tant sur la rémunération que sur le côté psychologique du « Tu travailles ? – non je m’occupe de mes enfants« . Ce que je voulais souligner, c’est que l’éducation des enfants à temps plein est, pour moi, un vrai travail, qui malheureusement manque cruellement de reconnaissance.

Maitre Tortue

 

Pour aller plus loin…

Alors je prends les devants car je sais que mon raisonnement n’est pas infaillible :

  • Vous allez me dire que même si vous avez une bonne éducation on ne peut pas empêcher toute déviance. Oui c’est vrai il y aura toujours des exceptions, mais dans la majorité des cas l’éducation fait son travail. Et c’est la même un problème car on peut argumenter que l’Éducation nationale formate nos cerveaux pour que nous ne pensions pas autrement. Certains (beaucoup) de pays contrôlent leur population grâce à ce « lavage de cerveau ».
  • Vous allez me dire que personne n’est obligé de faire des enfants alors si vous faîtes des enfants vous devez en prendre la responsabilité. Oui c’est vrai, je suis d’accord dans une certaine mesure, mais le fait de faire des enfants n’est – il pas lui-même un service rendu à cette société ? Sans enfant, la population diminuerait inlassablement (cf le Japon actuel en décroissance démographique) avec un impact important sur la vie économique du pays ? Évidemment, le contraire s’applique aussi, un contrôle des naissances existe dans certains pays « surpeuplés » pour éviter de « nuire » à la société.
  • Ensuite, la question de qui devrait payer une éventuelle rémunération parentale : comme beaucoup de services supportés par l’état pour le bien commun de tous (sécurité, justice, éducation etc.) et bien ce travail devrait être supporté par l’ensemble de la société. D’ailleurs, le concept de revenu universel n’est pas très éloigné de cette idée puisqu’en gratifiant chaque enfant du revenu universel, on attribuerait une sorte de rémunération supplémentaire aux parents. Beaucoup de gens rigolent à cette idée, mais je suis persuadé qu’un jour on y viendra.
  • Évidemment si on rentre dans les détails d’un revenu parental/universel, la question se complexifie énormément car il est difficile de définir un montant, si ce revenu doit venir compléter ou remplacer les systèmes sociaux actuels. Par exemple sachant que la principale source de dépense est probablement l’éducation (la scolarité), le montant de ce revenu serait très différent selon que l’éducation est gratuite ou pas, etc.
Publicités

Une réflexion sur « L’éducation de ses enfants : un travail ? »

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s